Olivier DAQUIN 2022

January 27 - March 05, 2022

117 rue Vieille du Temple 75003 Paris

La Nuit, après la nuit. «  …  mais depuis quand la nuit dure-elle ? Depuis quand ? qui le dira ? qui le saura jamais …, » Guy de Maupassant. La nuit 1887

La Nuit, après la nuit.

«  …  mais depuis quand la nuit dure-elle ?

Depuis quand ? qui le dira ? qui le saura jamais …, »

Guy de Maupassant. La nuit 1887

S’agit-il d’un songe qui ne se termine pas ou le constat d’un monde plongé dans l’obscurité ? Y aurait-ildes indices qui nous permettent d’entrevoir les contours d’un horizon, d’un récit, d’un souvenir ?

L’ensemble des peintures que présente Olivier Daquin pour sa deuxième exposition à la galerie NeC nilsson et chiglien inviteà la contemplation, à cet instant où le corps entier est suspendu et regarde.

Dénuées de présences humaines, les toiles aux textures profondes et sensuelles, ici rassemblées, évoquent des fragments d’un monde organique du microscopique au cosmologique.

Des formes, certaines floues, d’autres plus détaillées se dévoilent et rythment la compositions. Les marges fondues enveloppent ces visions comme pour étendre (plus encore la vue, laisser deviner ou oublier le hors champs.

Plus loin, des contours se précisent et dévoilent peu à peu la silhouette d’un paysage et l’aura bleue d’un ciel aux mille couleurs. L’image apparaît comme par magie. Un lieu, mais lequel ? « Peu importe », selon l’artiste, « pourvu que le belvédère puisse ouvrir mon imaginaire et le laisser errer.À moi de traduire cette sensation »

Olivier Daquin cherche la lumière, une matière avec laquelle il compose aussi bien en peinture qu’avec le fusain. Le noir du charbon lui permet de faire apparaître les reflets d’un soleil aveuglant ou le négatif d’une image perdue. Il sculpte et creuse dans l’épaisseur visuelle d’une obscurité qui ne l’est jamais tout à fait; depuis les arrières plans presque noirs se révèlent les lueurs, les éclats, les survivances…

En peinture, le geste est plus tendu et intervient dès le premier contact avec le support; « je peints debout pour impliquer mon corps et rester dans un rapport tridimensionnel »

Nos sens en éveil révèlent le son imperceptible des mouvements indicibles d’une flore fragile et puissante à la fois.

« La nuit n’aveugle pas, elle permet de percevoir autrement le monde. La nuit, après la nuit estun horizon infini. »

Le point de vue de l’artiste devient alors le nôtre, et nous le suivons dans cette nuit qui promet d’être longue.

Emile. G. Hersch

Read More

Past Exhibition

Olivier DAQUIN 2022

La nuit, après la nuit

January 27 - March 05, 2022

117 rue Vieille du Temple 75003 Paris