1/57

CONVINCE ME (that you are mine)

My current body work arrives at it’s center from two opposite vantage points, whose title is taken from a scene in my film After Louie between the director and the actor.

Scene 145. At the moment the DIRECTOR walks into the scene and brushes a sweaty lock of blond hair from his eyes, and asks, “ Are you sure?”

He has a second thought about the hair and brushes it back into his face. “Convince me.”

 

1.

Drive out nature and it returns at a gallop — to which we can give any meaning we like—

André Gide

Section One, xxxxxxxxxtitlesxxxxx, can be categorized by a formal organization of the organization of space and the use of modern industrial material such as plexi, rubber, nuts, bolts, and photographs. I am interested in linking the qualities of these elements and how they converge on a flat plane to my imagination and experience, without the middle man of a “subject.” The organization of color, materials and form uncovers a pure expression of the mind, not obscured by nature, literal references and specific subjects. It is the picking and choosing and grouping of these elements, so that the result may be beautiful.

2.

Art attracts us only by what it reveals of our most secret self.—

JeanLuc Godard

Opposite of Section One, here, the subject is evident. It is the predatory eye of the artist, and heart response, that determines the crop, the slice, the up-closeness, the smashing together of the subjects blond hair, the downward gaze, an eyelash, the red lips, a gesture.

The commonality between both sections is they are both an organization of color, form and materials. Both share the process of picking and choosing and the grouping of elements.

1/1
1/1
1/2
1/1

Exposed Work

Vincent William Gagliostro

entre à la Parson School of Design, New York, en 1972. Il partage son temps entre les disciplines graphiques et la peinture. Sa première exposition solo a lieu à Washington DC en 1976.

Quelques années plus tard, une crise qui allait affecter la communauté gay de New York changea brutalement sa vie. En 1987 Vincent Gagliostro devînt l’un des membres fondateurs d’ACT UP (AIDS Coalition Of Unleash Power) association qui révélera que la crise du SIDA est aussi importante qu’une crise politique. Il devînt le président du comité de sensibilisation et se fit remarquer dans le magazine New York (30 septembre 1996) pour son style graphique “in your face” (dans ta “gueule“) et “sans excuse”. Il fut de ce fait identifié comme l’une des six personnalités les plus influentes de la communauté gay de l’époque. Sur ce même article, Andrew Sullivan devait définir ACT UP comme “un nouveau groupe d’activistes gay… les politiciens du style.”

En 1997 Gagliostro expose pour la première fois en Europe à Hanovre, Allemagne. À l’issue de cette exposition les multiples différences d’opinions l’entrainent vers la vidéo. “When Did I Forget“, sa première vidéo, relate sa réflexion sur l’exposition: “en militant politique je réalise la portée de mon action, ses influences passées et présentes sur mon travail d’artiste visuel”.

À la fin des années 90 Gagliostro entouré de trois amis crée une revue trimestrielle intitulée xxxFRUIT dont une version sera mise en ligne sur le site du Whitney Museum. Parallèlement, il était le directeur artistique de QW, hebdomadaire gay de New York. Récemment il se concentre davantage sur des installations multimédias en mettant l’accent sur le cinéma et la vidéo. Ses films ont été présentés dernièrement dans différents festivals: Fringe, Festival d’Edinburgh; Festival du film Gay, Londres; ASVOFF au Centre Pompidou, Paris; Cannes, Barcelone et New York; The Armory Show, Pulse Art Fair et Scope, New York. Sa dernière exposition Case eût lieu à Paris en 2010 à la galerie NeC. Il fait aujourd’hui partie du groupe des cinéastes qui a réalisé le documentaire “How to survive a plague” (comment survivre à la peste) nominé aux Academy Awards et vient de terminer le scenario de son premier long métrage “After Louie” dont il sera le réalisateur.